Par Cécile Maes, Ecole Synergie Naturopathie

Naturopathie : la démarche d’éducateur de santé

Photo : Cécile Maes

Qu’est-ce que la naturopathie au juste ?

En France, le métier de naturopathe n’est actuellement pas réglementé et ne fait pas partie des professions de santé reconnues. En revanche, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) reconnaît la naturopathie comme la troisième pratique de santé traditionnelle au monde (en première et deuxième position se trouvent une partie de ses ancêtres du continent asiatique : les médecines traditionnelles chinoise et ayurvédique). Selon l’OMS, la naturopathie est ainsi « un ensemble de méthodes de soins visant à renforcer les défenses de l’organisme par des moyens considérés comme naturels et biologiques ». Reposant sur une vision dite holistique (globale) de l’être humain, elle permet la prévention en santé et le rééquilibrage des défenses naturelles du corps par des moyens naturels. Elle ne se base pas sur le soin d’un symptôme en particulier, mais sur les causes, et prend en compte les différents aspects qui font l’individu (physique, psychisme, émotions, vécu, etc).

Quatre piliers fondamentaux définissent la naturopathie : 

  • ne pas nuire : il faut observer et accompagner les symptômes, mais sans prendre une décision qui finalement cachera simplement un symptôme qui se transférera d’une autre façon sur la santé par la suite. 
  • nous avons notre propre force de guérison (de par nos défenses naturelles, notre propension à nous adapter, notre mental…). Le rôle du naturopathe est d’aider à franchir les obstacles qui bloquent ces capacités d’auto-défense et d’auto-régénération.
  • découvrir et traiter la cause (plutôt qu’effacer seulement les symptômes de manière transitoire). 
  • éduquer : le naturopathe donne les conseils pour être capable de prendre soin de sa santé, de par notamment une bonne hygiène de vie (alimentation, activité physique, prendre soin de son mental, etc). 

La santé en France

Photo : Pixabay

Ce dernier point concernant l’éducation est primordial dans une société où ne cessent d’augmenter les maladies chroniques provoquées par l’environnement pollué, l’hygiène de vie inadaptée et un rythme de vie stressant. Confrontés à ces facteurs, c’est à des désastres sanitaires, mais aussi économiques que nous devons faire face. Voici 3 exemples pour que cela soit plus parlant :

  • Santé publique France estime que la pollution de l’air par les particules fines libérées par les activités humaines cause 48 000 décès prématurés en France. Cela représente 9% de la mortalité du pays. En termes économiques, il est estimé que la pollution en France coûte entre 68 et 97 milliards d’euros par an, avec une large part dédiée aux conséquences sanitaires1.

Photo : Pixabay

  • 17% des adultes français souffrent d’obésité. Inutile de rappeler toutes les conséquences cardio-vasculaires, les risques accrus de cancers et autres lorsqu’on est en surpoids… En 2016, il a été estimé par le cabinet IMS Health que l’obésité coûtait 56 milliards d’euros à la France (soit 2,6% du PIB français !), l’Assurance Maladie en assumant 5 milliards2.

Photo : Pixabay

  • et comme dernier exemple : le stress. Ce sont 10 millions de Français (1 sur 6) qui se sentent stressés en permanence3,4. La vie professionnelle apparaît comme le premier facteur de stress (avec 19% des salariés qui souffrent de stress, ce qui entraîne un coût pour les entreprises). Les problèmes financiers, puis la vie personnelle viennent ensuite4. Ce stress a ainsi de nombreuses causes, mais également de nombreuses conséquences néfastes, aussi bien au niveau de l’individu que de la société (épuisement physique et mental, difficulté à gérer ses émotions, problèmes de concentration, renfermement sur soi-même, irritabilité, colère, burn-outs mais aussi douleurs, risques accrus de développer ou d’aggraver des pathologies telles que des cancers, des troubles cardio-vasculaires, des migraines, des troubles de l’alimentation, de la sexualité5…). Ce cercle vicieux peine à être rompu : les chiffres varient, mais il apparaît qu’un pourcentage encore important de personnes souffrant fortement de stress ne font rien pour lutter contre celui-ci (parce qu’elles n’en prennent pas conscience, par peur d’être jugées…). Certaines prennent des médicaments, pour certains provoquant des accoutumances. On constate cependant un taux croissant de personnes faisant du sport ou intéressées par d’autres techniques (sophrologie, yoga, méditations, etc)6 afin d’évacuer leur stress.

Photo : Pixabay

Le rôle du naturopathe dans ces problèmes de santé publique

Photo : Pixabay

Comment la naturopathie peut-elle participer à la diminution de ces chiffres, mauvais aussi bien pour la santé des Français que le système économique ? Voici un petit aperçu des réponses que cette médecine alternative peut donner :

  • face aux problèmes de santé causés par la pollution, le naturopathe sensibilisera à l’importance de réaliser des exercices de respiration et du sport, qui permettront d’améliorer la capacité respiratoire, et donc, d’apprendre à mieux gérer certains troubles déjà installés ou de se prémunir face à ceux-ci. Il aura également des conseils et des remèdes naturels à vous proposer pour vous aider à décrasser votre arbre respiratoire, mais aussi pour assainir l’air de votre habitation. Ainsi, le naturopathe, bien qu’aussi désespéré que vous par la pollution, vous aidera à protéger votre santé face à celle-ci.

Photo : Pixabay

  • l’éducation thérapeutique est un excellent outil pour lutter contre le surpoids. Le ministère des Solidarités et de la Santé évoque, entre autres, l’importance de l’information et de l’éducation en santé, afin de revoir les régimes alimentaires et le mode de vie trop sédentaire actuels, mais également de modifier les mauvaises habitudes (manque de sommeil, consommation excessive d’alcools, etc)7. C’est justement une des clés de la démarche naturopathique : revoir l’hygiène de vie !

Photo : Pixabay

  • Quant au stress, la prise en compte de l’individu dans sa globalité permet à la naturopathie d’aider à prendre conscience de son stress et de ses sources (par le dialogue avec la personne, mais aussi grâce à des massages, des énergies telles que la vibration des fleurs, la lumière, la musique…), puis à gérer ses conséquences aussi bien physiques que mentales et émotionnelles. Que ce soient les exercices de relaxation, les massages bien-être, la musique, le travail sur certains aspects de la personnalité avec les fleurs de Bach, il sera possible de trouver une aide personnalisée pour une personne souffrant de stress.

Photo : Pixabay

Le naturopathe, avant de donner des remèdes, aussi naturels soient-ils, va identifier des causes, et accompagner les personnes dans l’apprentissage qu’elles désirent réaliser pour garder, améliorer ou recouvrer une bonne santé. Il va évaluer la vitalité de la personne qu’il a en face de lui, à travers des signes physiques et une discussion poussée, et envisager avec elle ce qu’il y a de mieux pour restaurer ses défenses, son énergie de vie et de santé. Ainsi, le naturopathe est en mesure d’expliquer à la personne qui le consulte ce qui se passe dans son corps, en lien avec son vécu et son émotionnel (et la compréhension est parfois déjà un grand pas pour laisser l’anxiété causée par la maladie un peu de côté, et comprendre pourquoi on doit réaliser telle ou telle action pour aller mieux !). Et, bien que les consultations de naturopathie aient un certain coût (qui commence à être remboursé par certaines mutuelles), le but de cette pratique est de vous donner une autonomie dans la gestion de votre santé, ce qui, à long terme, aura un impact tant pour votre porte-monnaie personnel que celui de la sécurité sociale ! Les médecins n’ont pas toujours le temps pour donner des explications détaillées et donner des conseils d’hygiène de vie personnalisés. La transmission des connaissances en physiologie et pathologie, de manière simple, ainsi que les conseils d’hygiène de vie ne sont pas inclus de manière approfondie dans un cursus d’études médicales déjà extrêmement dense. C’est pourquoi le naturopathe a un rôle à tenir dans le système de santé et le bien-être français. Et cela passe par son rôle d’éducateur en santé et son regard bienveillant sur la personne que vous êtes, dans votre entièreté, pour vous aider à voler de vos propres ailes sur le terrain de votre bien-être.

Sources

  1. https://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/air-exterieur/qualite-de-l-air-exterieur-10984/article/qualite-de-l-air-sources-de-pollution-et-effets-sur-la-sante
  2. https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Nouvelles/Fiche.aspx?doc=5-milliards-cout-surpoids-obesite-assurance-maladie
  3. https://www.bfmtv.com/economie/economie-social/les-salaries-francais-sont-parmi-les-plus-stresses-d-europe_AN-201905050004.html
  4. https://www.santemagazine.fr/actualites/stress-les-francais-en-sont-de-plus-en-plus-victimes-200190#:~:text=Le%20sondage%2C%20r%C3%A9alis%C3%A9%20par%20OpinionWay,%25%20%C3%A0%20s’en%20plaindre.
  5. Le toucher qui soigne, Massages et Auto-massages bien-être, Michelle Ebbin, Editions Marabout (Hachette Livre), 2017 (Chapitre sur le stress, p.36 à 41).
  6. https://www.chambre-syndicale-sophrologie.fr/les-francais-et-le-stress/
  7. https://solidarites-sante.gouv.fr/systeme-de-sante-et-medico-social/strategie-nationale-de-sante/priorite-prevention-rester-en-bonne-sante-tout-au-long-de-sa-vie-11031/priorite-prevention-les-mesures-phares-detaillees/article/obesite-prevention-et-prise-en-charge

T